Machine à tricoter des bas

Tricoter des bas sur une machine !

MoiMachineJe suis maintenant devenue une « tricoteuse antique« .

Je tricote des bas sur des machines à tricoter circulaires, datant de la fin du XIXe début XXe siècle, 1890 à 1940 environ.  Ma première machine, de marque Autoknitter est de fabrication canadienne.  Je l’ai reçue en cadeau de mon conjoint à Noël 2012.  Quel bonheur!

Depuis, j’ai acquis 7 autres machines. Une autre Autoknitter canadienne, une Légaré 47 ayant appartenu à la grand-mère maternelle de mon conjoint et qui traînait dans un grenier d’une maison familiale, une Légaré 47 ayant appartenu à madame Touchette de Sainte-Thérèse, une Légaré 400 avec un cylindre en laiton acquise de Sabin , une Légaré 400 qui est arrivée de Cacouna, une belle venue de France, La Gauloise Idéale, un objet de collection avec ses 108 aiguilles, une Creelman 1898, une belle vieille, chacune ayant son histoire propre à elle.

Vous pouvez voir mes machines ici.

Les cylindres se mesurent au nombre d’aiguilles qu’ils contiennent, soit 48, 54, 60, 72, etc., selon la grandeur de bas qu’on veut faire, la grosseur de laine ou encore si on veut tricoter autre chose que des bas, tuque, foulard, etc., les possibilités sont nombreuses.

Je fais maintenant partie du regroupement des Tricoteuses Antiques du Québec (TAQ), une initiative de madame Nicole Drolet qui a hérité de la machine de sa mère et qui avait le désir de faire connaître leur histoire.

Premier travail rémunéré des femmes au début du XXe siècle, surtout en région rurale,OurBoyNeedSOX ces femmes tricotaient des bas qui étaient envoyés aux soldats par la Croix-Rouge durant les 2 grandes guerres mondiales.